Actions à Madagascar

Agriculture, agroécologie, jardins vivriers

P1020529
Un Jardin Vivrier Familial très bien entretenu

Objectifs :

  • Développer l’agriculture et l’élevage de la région, notamment :
    • augmenter et améliorer les productions vivrières et fourragères,
    • créer des jardins produisant des plantes aromatiques et médicinales pour profiter des vertus de certaines plantes
    • créer des jardins à culture vivrière en agro-écologie
  • permettre aux ruraux d’être acteurs de leur développement ;
  • lutter contre les feux de brousse et l’érosion, améliorer la fertilité du sol ;
  • favoriser un développement rural ;
  • améliorer la sécurité alimentaire sur la commune ;
  • sensibiliser la population aux problèmes d’environnement ;
  • participer à des actions de reboisement

Jardins vivriers familiaux (JVF)

Formation des jardiniers à l'agro écologie

Afin d’améliorer les ressources des habitants des 3 villages (Manandona, Vinaninkarena et Sahanivotry), nous accompagnons des projets de jardins. Des terrains, mis à disposition par les communes ou des particuliers, sont divisés en 3 parties :

  • un jardin de plantes maraichères ;
  • un jardin pour la culture de plantes médicinales traditionnelles ;
  • un jardin pour la culture de plantes aromatiques à distiller.

Le dernier jardin est destiné à devenir une activité génératrice de revenus.

Des formations à l’agriculture écologique et biologique sont dispensées sur place, afin que les cultures se pratiquent sans engrais chimiques et sans pesticides de synthèse. Ces premiers jardins sont des « sites vitrines » ; ils sont des exemples pédagogiques pour les formations, et lieu de visites, y compris pour les écoles.

Reforestation - Environnement

Une des pépinères pour les futures plantations de FITEMA

Objectifs du projet en partenariat avec F.I.T.E.M.A (association des natifs de Manandona) “Pépinières et reforestation de Manandona” :

• contribution à la préservation de l’environnement local, national, mondial
• contribution au développement local – Activités Génératrices de Revenus après la croissance des arbres en fonction des variétés plantées
• projet innovant, participant à la diffusion ou au changement d’échelle d’innovations : plantation d’arbres autres que les pins et les eucalyptus
• caractère démonstratif et reproductible à l’aide des 2 pépinières pilotes de la F.I.TE.M.A
• pérennité économique et financière après projet à partir de 2021- Autofinancement et auto-gestion des pépinières par la vente des jeunes plants après la première année du projet donc en 2020.
• viabilité au plan écologique et environnemental : sensibilité de tous à la protection de l’environnement contre les feux de brousses, les destructions et coupes non réglementées des arbres.
• acceptabilité sociale et culturelle par l’implication de toute la population dans la protection des arbres transplantés
• cadre institutionnel adéquat au niveau fokontany (hameau) et par ricochet dans toute la commune par l’instauration d’un “dina” (loi locale) par lequel chaque individu désirant couper un arbre devra passer par la pépinière du fokontany pour y acheter au moins trois jeunes plants et les replanter dans son champ en vue de remplacer l’arbre qu’il va couper.

Eau - Hygiène

Borne fontaine du réseau Sahanivotry

L’accès à l’eau potable est un droit fondamental (ONU).

Madagascar est confronté à ce problème. Actuellement seulement 5% des communes rurales de Madagascar disposent d’un réseau partiel d’eau potable.

L’accès à l’eau est devenu l’un des principaux objectifs du gouvernement malgache. Et c’est avec l’assainissement,  un véritable enjeu de la santé publique, à Madagascar.

Rappelons aussi que la « corvée d’eau » incombe, essentiellement, aux femmes et aux enfants. 

Anjou-Madagascar a donc choisi de s’investir dans ces domaines : eau, hygiène et assainissement, si importants pour améliorer la vie quotidienne des villageois de la région de Manandona.

Nos objectifs :

  • améliorer l’accès à l’eau potable, par la réalisation de réseaux d’adduction d’eau permettant aux habitants de la région de Manandona de s’approvisionner correctement, depuis des bornes fontaines collectives ou individuelles ;
  • mettre l’eau potable au coeur des villages pour qu’aucun foyer ne soit à plus de 150/200 m d’un point d’eau ;
  • renforcer l’organisation communautaire, grâce à la gestion de l’eau par des comités d’usagers ;
  • développer l’hygiène dans les écoles, avec la construction progressive de blocs sanitaires (latrine) dans les écoles primaires, collèges et lycées ;
  • améliorer la santé des populations et réduire l’absentéisme des enfants à l’école.

Nos réalisations :

Depuis 2010 nous avons avec nos partenaires malgaches réalisé : 8 réseaux d’eau , 130 bornes fontaines à destination de plus de 6 à 7.000 personnes.

En nov. 2019, ont démarré les deux derniers réseaux Laimbolo (commune de Sahanivotry) et Fierenantsoa (commune de Manandona) : 33 bornes, 2 réservoirs (20m3 et 15m3), 20.000 ml de tuyaux, alimentant 2.000 personnes, 3 EPP, 1 CEG, 1 CSB.

Santé

Objectifs :

  • aide dans l’approvisionnement de petit matériel et consommables médicaux, avec la participation de notre partenaire, l’association PHI-Anjou;
  • apprentissage, à l’école, du lavage des mains et des risques du manuportage des microbes ;
  • éducation sur l’hygiène alimentaire ;
  • actions pour lutter contre la malnutrition et les carences alimentaires ;
  • promotion de l’utilisation des huiles essentielles, dans les traitements thérapeutiques ;
  • soutien à la création d’un réseau social solidaire.
  • élaboration d’une « pharmacie verte ». Il s’agit de promouvoir l’utilisation des huiles essentielles malgaches et de créer des jardins familiaux de plantes médicinales. Les Malgaches ont un patrimoine végétal, des savoirs ancestraux…

Construction d’un dispensaire de montagne CSB1

En 2006 après 3 ans de préparation, AM construit un centre de santé de base (CSB1) dans la montagne, à Ambatofotsy, un village à 3H à pieds du dispensaire principal et de la nationale à destination d’une population de 6000 personnes.
Une convention est signée avec tous les acteurs : le ministère malgache a fourni et pérennisé un poste d’infirmière, la municipalité assure le gardiennage, et la présence d’une dispensatrice de médicaments. AM a pris en charge la construction et l’équipement du dispensaire.

En 2018 AM rénove le CSB1 de Laimbolo sur la commune de Sahanivotry : consolidation des murs, réfection et peintures extérieures et intérieures pour améliorer l’accueil des patients et les conditions de travail des soignants.

Réfection du CSB1 de Laimbolo

Activités Génératrices de Revenus (AGR)

Extraction de sacs de riz d'un grenier communautaire (GCV)

Objectifs :
Permettre aux familles et notamment aux femmes, aux revenus très modestes de générer des revenus complémentaires par le développement d’activités nouvelles pour améliorer leurs conditions de vie.

Les microcrédits

A partir de 2005, un système de microcrédit est mis en place à Manandona, pour encourager les initiatives locales et permettre à des femmes et des hommes démunis, exclus du système bancaire classique, de démarrer ou développer une activité génératrice de revenus et donc, de favoriser la création de richesses.
 AM apporte le fonds de crédit.
Ce sont de petites sommes d’argent (maxi 50 €) sur une durée courte (6 mois maxi) qui sont prêtées à des personnes très pauvres afin qu’elles puissent développer pour elles-mêmes une activité générant un revenu pour la famille. Le taux de remboursement au-dessus de 98% était très satisfaisant.
Pour respecter la législation malgache et pour répondre à une demande croissante, il a été décidé de confier l’octroi et la gestion des microcrédits à un organisme spécialisé dans ce domaine, l’ONG Vahatra (créée par Inter Aide, ONG française). De plus Vahatra assure un accompagnement social des familles.
Ainsi Vahatra ouvre début 2010 une antenne à Manandona et développe les activités microcrédits à la grande satisfaction des habitants. AM suit régulièrement  les évolutions de cette activité.

 

Les Greniers Communautaires Villageois (GCV)

L’objectif des GCV est de mieux gérer les flux achat/vente de riz suivant les saisons (période de récolte où le cours du riz est bas, période de soudure où le prix est élevé). Ceci pour dégager des revenus et faire face aux besoins de la famille.

Le principe est le suivant : les membres se regroupent en association de 5 à 10 personnes, chacun stocke une partie de leur récolte de riz dans une pièce d’un des membres, les sacs sont individualisés et notés, la pièce est fermée par un double cadenas, une clé au propriétaire, une autre au président choisi par le groupe.

Le stockage réalisé, notre partenaire Vovonana prête, avec intérêts, une somme  calculée suivant un prix du kilo de riz décidé par l’ensemble des membres. 

Une sorte de prêt sur gage des sacs de paddy stockés.

Lorsque les prix du marché sont au plus haut (période de soudure) les membres retirent du grenier leurs stocks pour les vendre. Ils remboursent leur prêt et dégagent ainsi un profit disponible pour leurs besoins personnels.

Un système particulièrement apprécié, qui perdure et qui est géré avec rigueur par les bénéficiaires de ce procédé. 

 

Bibliothèques - Médiathèques

Animation à la bibliothèque de Manandona

Grâce au travail de Pauline et Lucie, étudiantes à l’ESTHUA, (études supérieures de tourisme et d’hôtellerie de l’université d’Angers), qui ont trié et installé livres et matériels, la bibliothèque a ouvert au profit des habitants de Manandona en 2009.
Actuellement, Misa, Bibliothécaire en titre, assure des permanences tous les jours, sauf le lundi. Elle accueille les lecteurs de tous âges, organise des ateliers , des animations, des petits concours à visée citoyenne et littéraire.
Un grand écran assorti d’un lecteur DVD assure une présence fournie au visionnage de dessins animés, et quelques documentaires.
Les plus grands parfont leur connaissance et pratique du français en utilisant le programme « karaoké ».
Une liaison hertzienne assure le captage des émissions malgaches.
Lycéens et collégiens, étudiants viennent y suivre des sessions de formation informatique.
Misa assure aussi la saisie de textes administratifs, les photocopies, couleur ou non.
Depuis avril 2019, un partenariat a été signé avec l’Alliance Française d’Antsirabe. Misa peut ainsi emprunter chaque mois 25 ouvrages, ainsi que des DVD et CD Roms. Cette souplesse permet de mieux coller aux besoins thématiques développés dans les établissements scolaires.
La bibliothèque devient aussi un petit centre pédagogique au bénéfice des parents et enseignants.
A Sahanivotry existe une petite bibliothèque, pauvrement pourvue, mais fréquentée, et une grande salle informatique.
Le projet est d’inverser les deux salles, afin de transformer cette grande salle en bibliothèque/salle de projection.
Les permanences y sont assurées par Richard Athanase (ancien enseignant à la retraite), qui assure l’aide aux devoirs. La secrétaire de mairie assure aussi une surveillance.
Le fonds de bibliothèque ne permet pas l’emprunt de livres. Ils sont donc consultés sur place.
Cette bibliothèque a la grande chance de bénéficier de l’électricité, mais va nécessiter beaucoup d’efforts et d’investissements pour devenir véritablement efficace.
Au Printemps 2019, une somme conséquente a permis d’abonder ces deux bibliothèques en livres malgaches et franco-malgaches, achetés à Antananarivo auprès de jeunes éditeurs malgaches.

Ecoles - enseignement - formation professionnelle

Inauguration de deux classes construites par AM à Maromanana

Objectifs :
– permettre une meilleure scolarisation de tous les enfants ;
– réhabiliter des bâtiments en mauvais état ;
– accompagner une formation pédagogique des enseignants ;
– aider à la reconstruction de bâtiments de 2 classes
– assurer l’installation d’une borne fontaine au sein de l’école
– assurer l’apprentissage de l’hygiène par la construction de toilettes, et lave-mains
– développer des jardins pédagogiques
– mettre en lien une école malgache avec une école française.

Réalisations :
– Partenariat avec le CFP (Centre de Formation Professionnel), pour des réalisations et projets utiles à la collectivité : petit pont (BTP), tables et chaises pour les préscolaires (menuiserie), panneaux d’affichages sur tissu (coupe et couture), bacs à linge en béton (BTP), bloc toilette mobile (BTP). AM achète les matériaux nécessaires aux réalisations.
– Réhabilitation des écoles : nouveau toit, surfaçage des sols et des tableaux, reprise des murs, peintures, etc. (Ambatolahy et Farihitsara, sur la commune de Sahanivotry)
– Construction de deux classes en montagne, à Maromanana (commune de Sahanivotry)
– Fourniture de matériels, dictionnaires et livres.

Autres projets

A gauche la mairie de Manandona, à droite le site du gîte avec les panneaux solaires

Installation d’une centrale électrique solaire photovoltaïque

Août 2007 – L’électricité arrive à Manandona avec l’électrification de la maternité de Manandona (350 accouchements par an dont 200 la nuit à la bougie) et quelques bâtiments annexes (gîte, bureau de Vovonana, mairie).

Cette centrale photovoltaïque est montée avec 4 étudiants du lyçée technique de la Baronnerie à Angers, un financement spécifique, la mobilisation de bonnes volontés, et la participation locale.

Informations techniques :
La puissance actuelle des panneaux: est de1800 w. Un régulateur adapte la production à la consommation.
La production dans les meilleures conditions d’ensoleillement se situe autour de 1000 à 1100 w pour un besoin d’environ 4 à 5 kwh par jour.
Un onduleur transforme les 24 v continus des batteries en 220 v. alternatifs
Les 12 batteries sont du type « tubulaire » de 2 v / 600 Ah et sont couplées en série. Leur durée de vie est estimée à 10 ans.
Au départ, cette centrale était destinée à alimenter l’éclairage d’un dispensaire, constitué de 6 lampes à filament, plus outils divers, soit une puissance nécessaire d’environ 5 à 600 w. L’arrivée des lampes LED a beaucoup réduit cette consommation.
S’est ajoutée, l’alimentation d’un gîte: éclairage, réfrigérateur, ordinateurs, soit une consommation journalière de 1 à 1,5 kwh.
Puis s’est ouverte une bibliothèque: éclairage, imprimante, TV, ordinateur, plus salle d’informatique avec 6 ordinateurs.
Enfin il faut ajouter quelques bureaux; éclairage, ordinateur, imprimante.
La connexion de tout cet ensemble n’a été possible que grâce à l’arrivée des LED.
La consommation totale est de l’ordre de 4 à 5 kwh /jour.
Depuis la rénovation de 2018, il n’y a eu aucun incident, c’est un sans faute.
L’entretien est pratiquement nul, hormis le lavage des panneaux tous les 15 jours
pendant la saison sèche.

Cette installation précieuse est régulièrement entretenue (changement des batteries, augmentation de la surface des panneaux solaires) et continue à fonctionner efficacement.

Des difficultés…  bien sûr !

Il n’est pas toujours aisé de faire aboutir des projets qui nous semblaient pourtant adaptés et  sollicités par nos partenaires.

Par exemple, en 2005 AM a financé le développement de la sériculture à Manandona. Au programme : plantation de mûriers, élevage de vers à soie, achat de métiers à tisser, formation de jeunes femmes, commercialisation des produits finis. Ce projet malheureusement a stagné faute de débouchés et s’est arrêté.

Autre exemple, le projet CBE, Cuiseur à Bois Econome.
Inspirée par les actions de Bolivia Inti Sud Soleil (BISS) et pressée par la déforestation de Madagascar, nous avons présenté en 2008, aux femmes cette solution économique.
De conception simple, la fabrication du CBE se fait à partir de matériaux peu onéreux (bidon, tôle) et aurait pu créer, en plus, d’autres emplois (soudure).
Son utilisation, ne perturbant pas la cuisson traditionnelle et économe en bois, est encourageante.
L’intérêt de l’utilisation du CBE par rapport au foyer à 3 socles traditionnel a été démontré expérimentalement auprès des membres de la « Condition féminine et Artisanat » de l’Association partenaire Vovonana Soamiaradia (VS). Ils en étaient convaincus. Une femme qui l’a utilisé 4 jours de suite, a déclaré : « Le tas de bois que je brûle, habituellement, en 1 jour, m’a servi 4 jours, avec le CBE ». Ratio de 1 à 4 !
Alors, pourquoi ce projet- n’a-t-il pas accroché les gens de Manandona ?
Le prix de revient du cuiseur, fabriqué localement, était de 10 €. Malgré l’aide de 4 € par AM, apportée aux familles nécessiteuses, le CBE n’a pas eu autant de succès que prévu. Après une vingtaine de cuiseurs commandés et livrés, il n’y a plus eu de suite. Une déception !
Et nous ne savons toujours pas la vraie raison du manque de succès du CBE à Manandona.

Fermer le menu